Analyses Critiques

Analyses Critiques

Joseph Tchundjang POUEMI extrait 1

"De l'Afrique, l'histoire retiendra qu'après avoir été vidée de sa population la plus saine pour developper le Nouveau Monde, elle a fait l'objet d'un partage à Berlin et que le pacte colonial qui la livrait en morceaux au monde "civilisé" l'a meurtrie politiquement, humiliée moralement et appauvrie économiquement pendant les trois quarts de siècle. Mais que, à cause des divisions internes, le reveil du Lion africain qu'appelait l'empereur Hailé Sélaissié à la naissance de l'organisation de l'unité africaine n'a pas eu lieu, et que dans un monde en profonde mutation, où les pays les plus puissants se regroupent pour elargir leurs marchés et produire à grande echelle, l'Afrique se desagrège à la cadence des égoismes de micro Etats dont aucun, pa même le Nigeria, ne peut valablement affronter la competition économique internationale.

L'histoire retiendra que de l'Ethiopie à l'Afrique du SUD, en passant par le Zimbabwe, vingt ans après la libération d'une fraction importante de sa terre, l'Africain de 1980 est encore, au mieux, etranger chez lui. L'histoire retiendra que ceux de ces fils qui ont tenté de la faire respecter ont peri l'un après l'autre, par des mains africaines, sans avoir le temps de la servir. L'histoire retiendra aussi que, pour ainsi l'asservir, l'instrument a varié dans le temps: le colon aventurier, le missionnaire, le militaire, l'administrateur, le mercenaire, le cooperant technique, l'expert en developpement. elle devrait retenir qu'un seul instrument, plus puissant, n'a pas changé de nom: la monnaie."


Monnaie, servitude et Liberté, La repression monetaire en Afrique , Deuxième Partie, Chapitre V P155

 



21/02/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres