Analyses Critiques

Analyses Critiques

Palais de justice sous surveillance

Le palais de justice de Ouaga 2000 complètement quadrillé par les policiers.

Les Etudiants sont restés sur les lieux jusque dans la soirée. Pour attendre que ne tombbent le verdict.

Je me permet alors de me poser des questions sur l'avenir d'un pays qui néglige sa jeunesse. Les modules d'enseignement à l'université sont sans accord direct avec les besoin du marché du travail, au Burkina 73 % des diplômés sont des chômeurs. Parmi eux, il y a plus de 60% de primo demandeurs, c'est à dire de nouveaux diplômés en quête de leur premier emploi. Et quand cette situation se presente, ce sont les etudiants les plus affectés. En 2007, le taux de couverture de la demande d'emploi du Public et donc de l'Etat etait de 1,7%. Ce qui signifie que sur 100 demande d'emploi, il ya seulement 2 environ qui ont effectivement un emploi. Devant cette faiblesse de l'offre d'emploi du public, les diplômes n'ont d'autres choix que de se tourner vers le secteur privé. Et là encore, les diplômés sont confrontés à un profil moins riche . On leur demande au moins 3 ans d'experience professionnelle, or l'université de favorise pas les stages.

Si donc , l'on veut l'experience professionnelle, il faut le chercher soi-même. Le problème est que n'étant organiser par l'université, l'etudiant est obligé de gerer son temps entre stages et cours. Les cours etant mal donnés pour la plupart et basé sur "le boilo" c'est à dire la retention par coeur et le "rendu sans trop penser", l'on risque de ne jamais avoir le diplôme.

Ainsi, l'etudiant qui veut être efficace, repondre aux besoin du marché doit faire un choix entre être bon en classe ou dans la vie active.

 Devant une telle situation, c'est légitime que les etudiants reclament des conditions meilleures de vie et que le systeme puisse leur ouvrir des perspectives de reussite après les etudes.

Ce faisant, la seule voie pour réussir dans les etudes devient de quitter le pays. Avoir une bourse et aller se bien former à l'exterieur.

 Tant que les autorités ne se pencheront pas serieusement sur le problème des Etudiants, l'avenir de ce continent sera sombre et l'on risque de plonger le pays dans une crise sans precedent pour les futures generations.

 A BON ENTENDEUR....

SYAM ........... 



26/06/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres